Mars 2009

Réflexion sur le comic digital

About Digital Comics Art by Balak01

About About Digital Comics Art by Balak01

About Digital Comics

Auteur sur Deviant Art et très influencé par les travaux (fort intéressants) de Scott McCloud, Balak01 a décidé de se pencher sur le medium de la BD numérique afin de voir ce que l'on pouvait en tirer, et il a eu le bon goût de fournir un exemple du résultat de sa réflexion. Dans cet exemple, le clic du lecteur est un aspect important de la bande dessinée. Il est intégré au récit, de même que le choix de faire apparaître les cases dans la planche d'une certaine manière. Finalement, quand on y réfléchit, la plupart des webcomics ne sont que des bandes ou des planches posées sur un écran au lieu d'imprimées sur des arbres morts. Ici, l'idée est finalement d'exploiter ce que permettent, quelque part, les animations PowerPoint (©, ®, TM etc.) et de les utiliser pour enrichir l'expérience du lecteur tout en restant dans l'idée de BD. Dans une BD papier, l'interactivité avec le lecteur se limite dans le fait de tourner les pages (ou d'en sauter, ce serait envisageable). Marc Antoine Mathieu, dans sa série Julius Corentin Acquefacques s'est penché sur le récit au travers du medium qui le transporte. Balak01 fait de même : le fait d'appuyer sur “suivant” fait partie de l'expérience. En jouant sur la superposition de cases ou le délai entre l'apparition des cases et les bulles, ou encore l'ordre d'apparition des cases, l'auteur joue avec le récit et permet d'envisager de nouvelles manières de raconter le récit pour les webcomics.

Ne s'arrêtant pas en si bon chemin, Balak01 a gentiment fourni, en plus, une réflexion sur sa réflexion, sorte de mise en abyme étrange mais qui lui permet de renforcer encore son étude du medium.

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

8 commentaires

Un visiteur (Wood) a dit :

J'ai l'impression d'avoir vu ça (la première BD) en français quelque part, mais où ?

Je remarque qu'il fait allusion à Platinum Grit. Tu devrais parler de Platinum Grit un de ces jours…

27 mars 2009

Gipo a dit :

Le principe est assez génial. Une règle de base, chez Balak : “pas d'animation intermédiaire, contrôle absolu par l'utilisateur”. Je me suis amusé à l'expérimenter à ma façon (à mi-chemin entre la BD et le cartoon figé) :

http://paques.webcomics.fr/page/gipo-la-cathédrale-aux-mille-cloches

27 mars 2009

DoM a dit :

ça a peut-être déjà été évoqué ailleurs : Demian 5 et notamment “when I am a King”, adapte d'une autre manière la bd au média internet : non pas en jouant sur le clic de l'utilisateur, mais sur le scroll, avec un étirement exagéré du format à l'horizontal, et aussi du découpage de l'action.

Contrairement à l'exemple de Balak, “When I am a King” conserve une lecture synchrone de plusieurs cases, permettant cet aller retour du regard propre à la bd.

Le graphisme est également conçu POUR le média, à l'inverse d'un dessin scanné qui perd souvent à être converti en pixels.

27 mars 2009

Loris a dit :

@gipo : j'aime beaucoup certains des effets, notamment quand le décor reste fixe et que les personnages se déplacent.

Loris.

27 mars 2009

DoM a dit :

j'ajoute que si l'étirement en hauteur de certaines planches du spécial pâques répond de manière similaire (que Demian5) à l'adaptation de la bd au net. (en jouant du scroll) Cependant le scroll horizontal me semble peut-être plus naturel en regard du média bd et de la lecture occidentale, même si internet nous a habitué au scroll vertical. C'est discutable j'en conviens. Ca donne probablement des perceptions du temps assez différentes.

En outre, certaines planches du spécial pâques étirées en hauteur conservent plusieurs cases contiguës horizontalement, ce qui me semble être essentiellement une subsistance de la bd dans son format papier (mais y'a pas de mal à ça !)

28 mars 2009

Loris a dit :

Jouer avec le scroll horizontal n'est il pas appliquer directement le rapport au temps de la case unique, où le balayage de l'oeil crée l'évolution temporelle alors même que l'espace aurait donné un instantané (cf. McCloud dans l'Art Invisible) ? Je pense que les deux démarches sont intéressantes et on peut éventuellement envisager de les additionner, fondre, whatever. Sauf que je suis pas un artiste graphique, juste un maigre pisse-copie du web, donc je serais bien en peine de dire comment : à vous donc de déboiser le terrain, messieurs (dames ?).

30 mars 2009

DoM a dit :

Le scroll, horizontal comme vertical n'est pas du même ordre que le balayage d'une case unique :

D'abord, on ne peut pas dire que le rapport au temps d'une case unique soit du même ordre que celui d'une ensemble de cases, quand bien même cette case unique induirait un sens de lecture (soit par une disposition des textes soit par une lecture orienté de l'action…). On sait aussi que le regard porté sur un tableau (auquel on peut assimiler la case dans une certaine mesure) est loin de suivre un parcours linéaire, et fait toutes sortes d'aller retour.

Surtout, il y a scroll quand, par définition, une partie de l'ouvrage est invisible, encore caché, mais que tout indique qu'elle existe, d'où un hors champ. C'est comparable au découpage en pages d'une BD imprimée, où chaque fin de page fait attendre la suivante. Sauf qu'ici, la césure entre 2 pages est constamment mobile, à mesure qu'on scroll, ce qui peut faire penser à un double rouleau qu'on déroule d'un côté et enroule de l'autre à loisir, avec néanmoins une manipulation probablement plus aisée.

30 mars 2009

Crazy_Cat a dit :

Je vais peut-être m'inspiré du concept pour un possible projet disons expérimental ( pour moi ), reste à développer un scénario qui tiens la route. ^^;

31 mars 2009