Janvier 2009

Période Rouge

Fahrenheit 141, rions un peu : vous connaissez l'histoire de Paf le chien ?

Période Rouge - Rédacteur en chef : R. Medioni - Rédacteurs : H. Cultru, F. Bosquet, M. Alda, C. Potus, B. Ciccolini

Aujourd'hui, un article un peu différent des précédents puisque je ne vais pas parler d'un webcomics mais d'un webzine. Mais attention, pas n'importe lequel ! J'ai nommé l'excellent Période Rouge.

Un peu d'histoire : il y a 40 ans naissait un journal pour la jeunesse qui allait devenir une véritable institution, Pif Gadget. Comme rien ne vient jamais de rien, précisons qu'auparavant existait Vaillant, revue créée pendant la Résistance et qui avait vu quelques transformations au fil des années. Résumer en trois lignes l'une des aventures éditoriales les plus marquantes jamais connues n'est pas lui rendre hommage mais heureusement, roulement de tambour, il y a maintenant Période Rouge.

Richard Medioni en est le rédacteur en chef mais sa biographie nous apprend qu'il fut surtout celui de Pif Gadget lors de la grande époque dite “période rouge” (en référence à la couleur du logo qui ornait la couverture des 239 premiers numéros). Le vénérable, accompagné par une équipe de passionnés, a décidé il y a quelques mois de nous en dire plus sur Vaillant et sur Pif Gadget. Mais au delà de l'Histoire et des histoires, il y a surtout un esprit.

Période Rouge en effet se veut la continuité des valeurs et des aspirations qui habitaient Pif Gadget : partage, savoir, humour, intelligence. Partage car ce webzine mensuel de 19 pages est gratuit et sans publicité. Savoir car on en apprend énormément sur la génèse d'un pan énorme de la bd populaire en France. Humour car l'équipe n'en manque pas. Intelligence car Période Rouge est une revue ouverte aux communautés et aux passionnés aujourd'hui réunis sur internet, n'hésitant pas à créer des liens, agrémentant au passage le contenu rédactionnel de vidéos et de fichiers sonores.

On pourrait craindre un ton passéiste et purement nostalgique. Ce serait une erreur : Période Rouge est d'abord une référence pour ceux qui aspirent à faire quelque chose de bon en matière de revue pour la jeunesse car Pif Gadget n'a pas été une affaire de génération, cela a été une affaire d'esprit. Je me mets parfois à rêver de l'apparition sur internet d'un webzine dédié aux jeunes, alliant des bédés réalistes aux gags humoristiques, sachant au détour faire découvrir le monde en ouvrant pas mal de fenêtres. Je vois sur le web francophone nombre de bande-dessinées qui ont le potentiel pour répondre à cela, mais pas encore de vraies concertations et décisions éditoriales qui aillent dans ce sens. C'est l'une des raisons pour laquelle il est important de s'immerger de nouveau dans ce qui fit de Vaillant/Pif Gadget l'une des aventures les plus marquantes de la presse jeunesse mondiale.

Pour s'abonner à Période Rouge, il suffit d'envoyer un mail à cette adresse : perioderouge@orange.fr . On peut aussi retrouver tous les numéros ici : http://coffre-a-bd.com/perioderouge/

Prochain F141 : le 3 février

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

10 commentaires

Gipo a dit :

Merci de m'avoir fait découvrir ce magazine. Je le connaissais déjà, ayant parcouru quelques articles sur le web, mais tu es le premier à m'avoir donné envie de le lire.

Effectivement, la réflexion marketing qui a été faite et qui a débouché sur le plus grand phénomène de magazine de BD français, est très intéressante à étudier, à l'aube des premières BD online rentables.

Le gadget devait être “sublimé”, le choix stratégique était résumé ainsi : « À présent, ce ne sont plus les récits qui sont “à suivre” mais ce sont les héros qui sont “à suivre”! », pour des épisodes de 10 ou 20 pages, l'épaisseur du papier et le dos carré pour augmenter l'impression d'en avoir plus (pour un prix plus cher que la moyenne : 2.00 FF !), etc…

Il est étonnant de voir combien ces précurseurs “communistes” maîtrisaient la vente et la publicité ! C'est d'ailleurs peut-être le retour au dogme qui a coulé la reprise de ce magazine, il y a peu.

Aujourd'hui, les données ne sont plus les mêmes (retour du “à suivre” à la TV et via les manga, par exemple), mais je pense que cet esprit de conquête devrait se retrouver. Il ne faut pas simplement transposer la BD sur le web, comme désirent le faire les Kiosque.fr et DigiBiDi (très bon player, au passage !), il faut donner de la vie et de l'énergie au nouveau support, avec un esprit commun fédérateur qui se sent bien et qui donne envie. En 1969, les gadgets devaient être sublimés, buzzés, longuement espérés, aujourd'hui, ce sont les SUITES des BD online qui devraient ainsi être traitées, avec des suspenses insoutenables et des surprises continuelles (cf Le lapin, le cochon, le canard et le bébé) !

29 janv. 2009

Fred_Boot a dit :

Merci Gipo pour ce commentaire. Une chose à se rappeler avant tout : même s'il existait une équipe de commerciaux pour vendre, les décisions du contenu étaient avant tout affaire de l'équipe éditoriale, avec toute la passion et la naïveté que cela peut donner parfois, et non du marketing. C'est peut-être cette fraîcheur qu'il faudrait retrouver aujourd'hui. Malgré l'existence de Vaillant, donc un passé assez lourd, ces gens ont su se renouveller sans avoir besoin de camemberts sur Excel, de consulting, de tests cibles, de boîte de comm vendant un rein des logos 2.0 et des slogans à la con et j'en passe.

Une seule loi : faire du bon avec bon sens. Pas plus bête que cela. :)

Ceci mis à part, un webcomics comme “Le lapin, le cochon, le canard et le bébé” fait partie de ceux que j'avais en tête en parlant de qualité orientée bd jeunesse. Mais je parie mes chaussettes que cette bédé trouvera un éditeur avant qu'on ne voit sur le web le descendant de Pif Gadget. Cette remarque pourrait s'appliquer à d'autres webcomics de qualité “professionnelle” bien entendu. :)

29 janv. 2009

Mac_Oneill a dit :

ce qui est etonnant c'est que toute l'ancienne l'equipe de Pif gadget est en grande partie maintenant chez Mickey … pourtant on ne ressent pas du tout la meme ambiance ah ah !

la bonne vieille equipe de vaillant me manque , c'est avec Pif que j 'ai appris à lire . Cabrero Arnal reste mon maitre ! d'ailleurs la premiere epoque de Pif reste 10 fois superieur à celle de la fin …

Ce qui etait tres agreable dans Pif gadget c'est la diversité des auteurs qu'on pouvait y trouver ! des cow boys , du realiste , etc … la seule contrainte etait que ca reste dans l esprit jeunesse

un tel esprit manque de nos jours dans la pre publication ! a non , je recommence , la pre publication mauqe de nos jours tout court ah ah

29 janv. 2009

Fred_Boot a dit :

La prépublication, elle se passe sur le web dorénavant. Encore plus libre, plus diversifiée qu'auparavant. Un canalisant les talents et les envies, on devrait voir émerger des choses intéressantes.

29 janv. 2009

Gipo a dit :

Tout à fait d'accord avec Fred Boot : l'intuition de ce qui va plaire, le goût de la bonne BD populaire (mais pas que), l'écoute des lecteurs, tout ça n'est plus si à la mode que ça…

Pour Mac Oneill, je pense que malgré leurs diversités, les BD réalistes de Pif étaient toutes marquées sur des valeurs de partage, de tolérance et de courage qui revenaient à chaque fois mais avec des époques, des situations et des héros différents (avec très peu de scénaristes, d'ailleurs). Bref, il y avait une unité dans la ligne éditoriale. Un vrai travail d'équipe qui se sentait.

Les BD comiques étaient un peu plus diversifiées, mais c'était surtout de l'humour potache de situation, allant de la grosse farce banale à la Pifou (bananes et trous d'égouts) aux gros délires de Super-Matou ou Tristus et Rigolus, en passant par Arthur le fantôme, Sylvio, Hercule de Yannick, ou Jeannot… L'unité, là, je crois que c'était l'enfance et la farce (les bétises).

Et à côté de ça, il y avait quelques OVNIS (Mandrika, Hugo Pratt, Gotlib, BD de SF ou italiennes) qui avaient leurs fans (plus adultes).

Je crois que c'est cette unité de ton, autour d'équipes soudées qui en ont fait ce succès populaire.

Les autres magazines faisaient (font) feu de tous bois, sans cet esprit commun. Laissant beaucoup de liberté (trop ?) à chaque artiste. Liberté de cartonner ou de se planter, d'ailleurs, dans une philosophie plus “capitaliste” que “collectiviste” ;) !

30 janv. 2009

Mac_Oneill a dit :

mais Gipo j 'ai jamais dis le contraire :)

on peut etre variés mais tout en restant sur une base editoriale fixe

30 janv. 2009

Gipo a dit :

Mais je n'ai jamais dit que tu avais dit le contraire ;) !

Traduire par : “Pour répondre et surenchérir sur la réflexion de Mac Oneill avec des idées nouvelles qui me viennent au fur et à mesure que j'écris…”

30 janv. 2009

Mac_Oneill a dit :

ah ah ok :)

j aimerais tant revoir ce type de journal ! ca me manque :)

avec la diversité des auteurs sur webcomics.fr on pourrait presque faire un mini journal XD

30 janv. 2009

Fred_Boot a dit :

Je n'attends pas les labels sur Webcomics.fr pour rien… Wait and see…

31 janv. 2009

JMG a dit :

Ok, j'vais bosser.

3 févr. 2009